11 signes de la dépression

Baisse de forme, coup de blues, comment reconnaître un état de déprime ?

La dépression est un état de profonde tristesse et d'abattement qui entraîne des ralentissements dans toutes les tâches de la vie quotidienne. La personne se sent à bout et broie du noir. Son entourage est affecté mais pour la personne atteinte, il n'est pas évident de voir qu'elle est malade. C'est pour cette raison qu'il faut surveiller attentivement les symptômes.

Découvrez 11 signes de dépression.

Une fatigue inexpliquée

Une fatigue inexpliquée
©  Joana Coccarelli CC BY Flickr

On peut être fatigué mais pas continuellement fatigué ! La personne ressent un manque d'énergie au moindre effort que ni le repos ni le sommeil ne réduisent. La fatigue inexpliquée est un signe de dépression.

La dépression affecte l'ensemble des mécanismes biologiques de notre corps en les ralentissant et en ayant un impact sur la façon dont ils fonctionnent :

  • impression de stagnation et d’inertie ;
  • forces diminuées ;
  • difficulté à entreprendre la moindre activité ;
  • parole traînante ;
  • mouvements du visage lents (inexpressivité).

Attention : ne pas confondre « burn out » et « dépression ». Les symptômes sont grossièrement similaires mais les conséquences sont très différentes. Le burn out est un état d'épuisement professionnel dû à une surcharge de travail. Il a d’ailleurs été inclus dans la 11e révision de la classification internationale des maladies (CIM­-11) en tant que « phénomène lié au travail ».

Lire l'article

Un grand sentiment de tristesse

Un grand sentiment de tristesse
© Gerald Gabernig CC BY Flickr

La tristesse est un sentiment normal mais qui devient un obstacle quand la mauvaise humeur ne passe pas. La personne déprimée ressent du désespoir qu'elle ne peut contrôler. Pour elle, tout va mal, cette tristesse est douloureuse, incompréhensible et envahissante.

Cette modification d'humeur engendre les conséquences suivantes :

  • perte d'intérêt et de plaisir aux activités quotidiennes ;
  • absence de dialogue avec les autres ;
  • le sentiment d'être un étranger ;
  • clinophilie ou incapacité à se lever du lit ;
  • incurie (négligence, un laisser-aller) ;
  • perte d'initiative ;
  • repli chez soi.

Bon à savoir : une prise en charge adaptée et un suivi médical permettent de traiter la personne dépressive.

Une hypersensibilité

Une hypersensibilité
© Joana Coccarelli cc BY Flickr

La tristesse et la fatigue s'accompagnent d'hypersensibilité. La personne réagit avec une grande sensibilité aux scènes de la vie quotidienne. 

La plupart du temps, l'hypersensibilité s'exprime par :

  • une impression de vide ;
  • anxiété excessive ;
  • des pleurs sans motif ;
  • un sentiment de désespoir.

Bon à savoir : aujourd’hui, grâce à la neuro-imagerie, il est possible d’étudier et observer les modifications cérébrales. Par exemple, on sait que la dépression est davantage une hyperactivité qu’une sous-activité cérébrale.

À noter : plus de trois millions de personnes en France sont touchées par la dépression, une maladie à part entière d'un point de vue médical.

Un ralentissement psychomoteur

Un ralentissement psychomoteur
© Jef Safi CC BY NC ND / Flickr 2.0

La perte d'attention est un autre signe de la dépression. La personne atteinte a du mal à réfléchir et à s'exprimer clairement. Elle n'est pas aussi vive que d'habitude. Elle va mettre plus de temps à entrer dans la conversation mais aussi à y rester. Son esprit vagabonde. Ainsi, parler devient difficile, tout comme tenir un discours cohérent.

Les dépressifs ont plus de mal à fixer leur attention, à retenir ce qu’ils viennent de lire ou d’entendre et à ne pas se laisser distraire. Elles peuvent éprouver :

  • des difficultés de concentration ;
  • des baisses de vigilance ;
  • des trous de mémoire ;
  • des difficultés à suivre ou à participer à une conversation ;
  • une incapacité à prendre des décisions.

Bon à savoir : les principales victimes de la dépression sont les femmes, selon plusieurs enquêtes conduites en France.

Une perte de l'estime de soi

Une perte de l'estime de soi
© Ynot-Na BY NC ND / Flickr 2.0

Autre alerte : le fait de se dévaloriser. La personne pense qu'elle n'est bonne à rien et n'a plus aucune estime d'elle-même. Ainsi se met en place une remise sans cesse en question de soi. Le sentiment d'échec revient sans cesse. Cela peut même sortir du cadre professionnel, pour toucher la vie familiale : le déprimé pense qu'il ne mérite pas sa vie de famille, que l'amour que les autres lui portent n'est pas justifié.

Ce signe entraîne alors une culpabilité de son état. La personne s'accable de reproches. Elle a honte d'elle et de ce qu'elle peut ressentir, à savoir des impressions d'être :

  • nulle ;
  • inutile ;
  • seule, isolée ;
  • abandonnée.

À noter : les thérapies cognitivo-comportementales sont largement utilisées pour accompagner les personnes qui souffrent d'un trouble de l'estime de soi.

Des pensées négatives

Des pensées négatives
© Alexander Rentsch CC BY NC ND / Flickr 2.0

Les pensées de la personne atteinte vont être systématiquement négatives. Elle va penser au pire et c'est pour cette raison qu'elle va mettre du temps pour en parler autour d'elle. Elle peut même avoir des pensées très sombres comme sa mort ou la mort de son entourage. La dépression peut mener au suicide dans les cas les plus graves.

  • processus cognitifs irréalistes ;
  • pessimisme ;
  • sentiment d’infériorité ;
  • tentation à l’autodestruction…

La personne pense que la vie n’a plus de sens. Tout cela peut l’amener à se demander si ce ne serait pas mieux qu’elle ne soit plus là. Les idées noires peuvent être liées envers :

  • À soi-même : elle pense au suicide, imagine parfois des scénarios comment finir avec la vie. Dans certain cas, la personne passe à l’acte, c’est-à-dire qu’elle va faire une tentative de suicide qui malheureusement peut se terminer avec la mort.
  • À d'autres personnes : la personne dépressive peut craindre qu’une catastrophe puisse arriver. Elle peut aussi avoir peur que quelque chose de grave (accident, maladie, décès) peut arriver à une personne de l’entourage.

Bon à savoir : les pensées sur la mort sont fabriquées par la dépression. Quand celle-ci est guérie, ces pensées disparaissent.

À noter : la dépression est la première cause de suicide. Près de 70 % des personnes qui décèdent par suicide souffraient d’une dépression, le plus souvent non diagnostiquée ou non traitée. Mis en place le 1er octobre 2021, le 3114 est un numéro de téléphone gratuit, accessible 24 h/24 et 7 j/7. Il permet aux personnes en détresse psychologique ayant des idées noires, des profondes angoisses ou encore des pensées morbides d’être écoutées par un professionnel de la psychiatrie et de la santé mentale (psychiatre, infirmier spécialisé et psychologue). Ce numéro concerne aussi l'entourage des personnes à risque suicidaire et les personnes endeuillées.

Lire l'article

Une dégradation du sommeil

Une dégradation du sommeil
©  Guillaume Capron CC BY SA / Flickr

La dépression est reconnaissable avec la dégradation du sommeil. Selon les personnes, la dégradation du sommeil est exprimée par des insomnies ou, au contraire, par une hypersomnie – une envie fréquente de dormir.

Le trouble du sommeil peut se manifester de deux sortes :

  • par une insomnie (difficulté d'endormissement, réveil nocturne) ;
  • par une hypersomnie (envie fréquente de dormir, volonté consciente ou inconsciente de trouver refuge dans le sommeil).

Lorsqu'il s'agit d'insomnies, la personne atteinte a un sommeil :

  • agité ;
  • mauvais ;
  • moins profond ;
  • très court ;
  • peu réparateur.

Dans l'autre cas, le sommeil en excès est aussi de mauvaise qualité, il a tendance à abrutir. Le trop-plein correspond à un besoin de fuir.

À noter : selon une étude, la prise d'antidépresseurs ou d'anxiolytiques, pour traiter des épisodes dépressifs, peut faire apparaître ou aggraver des pathologies du sommeil.

Un trouble de l'appétit

Un trouble de l'appétit
© PaylessImages 123 RF

La baisse d'appétit est un signe de dépression. La personne ne se rend pas compte qu'elle n'a plus faim alors elle mange de moins en moins. Se met alors un processus :

  • son appétit diminue ;
  • la perte de poids se précipite ;
  • les horaires des repas deviennent irréguliers ;
  • les menus sont déséquilibrés ;
  • l'envie de cuisiner disparaît ;
  • le goût des aliments semblent sans saveur.

Parfois, c'est le contraire qui se produit, la personne peut manger de plus en plus. Elle cherche alors du réconfort dans la nourriture et plus particulièrement avec les aliments sucrés. Son appétit augmente surtout entre les repas.

À noter : le Programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer au moins 5 portions de fruits et légumes par jour. Une équipe de chercheurs a démontré un lien entre une alimentation équilibrée et une baisse du sentiment dépressif.

Des problèmes de libido

Des problèmes de libido
© Taichiro Ueki CC BY ND NC / Flickr

L'état dépressif n'épargne pas le désir sexuel, qui est à la fois psychologique et relationnelle. Lors de la dépression, ces deux dimensions sont perturbées et engendrent une baisse de libido. Les personnes qui sont dépressives ont donc parfois tendance à ne plus prendre de plaisir dans leurs relations sexuelles, voire même à perdre toute envie d'en avoir.

Les effets peuvent se traduire de différentes manières :

  • baisse du désir sexuel ;
  • problèmes d'érection ;
  • diminution du plaisir pendant l'acte ;
  • incapacité à atteindre l'orgasme.

Bon à savoir : des chercheurs américains ont prouvé qu'il existait une corrélation entre nos habitudes d'utilisation d'un smartphone et notre état dépressif.

Des manifestations somatiques

Des manifestations somatiques
© Marc Delforge CC BY NC Flickr / 2.0

La dépression s'accompagne, la plupart du temps, de maux physiques. Dans de nombreux cas, les symptômes de la dépression peuvent d'abord être physiques, ce qui peut retarder le diagnostic et l'installation d'un traitement efficace.

Les plus communs se présentent sous la forme de :

  • maux de tête ;
  • douleurs au dos ;
  • problèmes d'articulation ;
  • troubles digestifs.

Les indicateurs du corps se dérèglent :

  • absence de règles ;
  • baisse de la tension, voire sa chute ;
  • diminution des défenses immunitaires.

Bon à savoir : des symptômes douloureux sont rapportés par 75 à 80 % des consultants en médecine générale qui remplissent les critères de dépression.

Pages Jaunes vous en dit plus

Personne n'est à l'abri d'une dépression, elle peut survenir à n'importe quel moment de la vie, et durer parfois quelques années.

Plusieurs éléments permettent de diagnostiquer un état dépressif. La ménopause peut-elle amener à la dépression ? Y a-t-il des tests simples pour savoir si nous sommes touchés par la dépression ?

Quelques astuces pour en savoir davantage :

Ces pros peuvent vous aider